Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/8tomb.php3 on line 10
The 8-Tomb Village

LE VILLAGE DES 8 TOMBES (The 8-Tomb Village)

Kon Ichikawa, 1996

avec Etsushi Toyokawa, Yuko Asano.

Les connaisseurs du cinéma japonais aurant certainement reconnu en Kon Ichikawa, un des plus grands. Réalisant des films depuis plus de quarante ans, The 8-Tomb Village compte donc parmis les films les plus récents de celui que a obtenu plusieurs prix internationaux tel que le prix du jury au festival de Cannes en 1959 pour Kagi. Et son film La revanche d'un acteur (1963) est un classique du cinéma japonais.

Le village des huit tombes est en fait un film entre le policier et l'horreur se déroulant dans le Japon de l'après-guerre. Tatsuya, un jeune homme orphelin d'une trentaine d'année est rattrappé par son passé lorsqu'un membre du village, son grand-père, vient le chercher pour le ramener dans son village d'origine, le village des huits tombes. Mais celui-ci décède sous les yeux de Tatsuya qui s'en va tout de même au village à la recherche de ses origines. Il fait alors connaissance avec la famille Tajimi dont il est un membre et qui est la famille règnant sur le village. Il se découvre, entre autre, une demi-soeur, Haruyo. Tous les membres de la famille Tajimi apparaissent plus ou moins étranges et notamment les deux arrière-tantes jumelles qui sont les chefs de la famille. Ayant reçu une lettre de menace, Tatsuya commence à s'inquiéter lorsque les meurtres se succèdent et qu'il est mis au courant d'une légende vieille de plus de quatre cent ans qui raconte que la famille Tajimi est maudite suite au meurtre de huits samourais dont les tombes donnent le nom au village. La police se révèle incapable de résoudre l'affaire et c'est Tatsuya qui va peu à peu déméler les fils de cette histoire de famille et de malédiction avec l'aide précieuse de Kindaichi un jeune enquêteur privé.

Le film est donc une histoire policière assez classique : des meurtres sont commis sans raison apparente si ce n'est une vieille malédiction et il apparait assez rapidement que c'est plutôt une sombre histoire de famille qui est à l'origine de ces assassinats. Sans être un huit-clos, l'ensemble de l'action se passe au village, voire quasiment tout le temps dans la demeure familiale. Rondement mené, le film entretient le mystère jusqu'au bout, dévoilant peu à peu le passé mouvementé de Tatsuya et de sa famille. L'atmosphère est pesante et mystérieuse, entrecoupée de scènes des meurtres passés (par des flashbacks) particulièrement violentes. Les victimes sont transpercées au sabre, abattues au fusil, décapitées dans des gerbes de sang impressionantes qui rappellent par leur excés (on a l'impression que les victimes sont des baudruches gonflées à bloc de sang) les scènes similaires de Baby Cart, l'enfant massacre.

Au final, le film reste d'un classicisme pesant et Kon Ichikawa n'arrive pas vraiment à apporter un regard nouveau sur le genre. Heureusement son talent permet de tenir sans ennui jusqu'au dénouement par l'ambiance qu'il instaure et des acteurs doués mais il reste un manque sérieux au niveau du sénario un peu éculé. Un film un fin de compte juste sympathique.