Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/avgal.php3 on line 10
AV Gal murder video

ATROCITY STROKE : ABOUT THE AV GAL MURDER VIDEO ! (1) (無残画 AVギャル殺人ビデオは存在した!)

Daisuke Yamauchi, 1999

avec Yuki Emoto, Hiroshi Kitasenju, Kenichi Kando, Simon Sakeyama, Okuno Kou, Naohi Gou.

Mi-plaisanterie douteuse mi-vrai film AV, Atrocity Stroke est finalement une comédie gore et sexe assez amusante.

Une femme enquête sur la disparition d'une star de films AV (Adult Video). Elle ne tarde pas à découvrir qu'il existerait une cassette vidéo du meurtre de la star.

Le film s'oriente initialement vers une véritable enquête télévisée avec tout ce que cela comporte : interviews à visage couvert, interlocuteurs anonymes, témoignages, reconstitutions, enquêtrice en plan américain sur les lieux importants, ... Cependant, dès lors, on sait très bien que l'on a à faire à une fiction - présence d'un générique notamment. Et puis il y a ces scènes érotiques complaisantes, voire plutôt porno, qui sont finalement ce que l'on retient du film. Il faut dire qu'elles ne sont pas piquées des hannetons - elles appartiennent au sous genre très particulier des films pornos avec actrices ayant leurs règles... Entre le suçage de tampon sanguinolent et les cunnilingus baignant littéralement dans le sang, le spectateur risque d'être dégoûté par cela au point de stopper là la vision du film. On n'ira pas jusqu'à dire que cela serait regrettable mais il serait tout de même dommage de s'arrêter en si bon chemin.

Le film prend sur la fin une tournure plus intéressante en tentant de s'approcher de films tel que Guinea Pig pour le côté faux snuff movie et vers Evil Dead Trap pour l'ambiance glauque. Mais l'amateurisme ne permet pas au spectateur d'y croire une seconde. Les pirouettes finales sont d'ailleurs là pour prouver que Yamauchi (auteur du fort divertissant Kyoko vs. Yuki) a plus cherché à s'amuser qu'à réellement tenter de nous faire croire à l'existence d'un snuff movie - le fil rouge du film.

L'ensemble est donc plutôt bancal. Entre enquête journalistique, film gore et AV, le film ne parvient pas toujours à trouver un juste équilibre. Atrocity Stroke est donc à voir comme un délire pour adultes, plus amusant qu'autre chose. A prendre au 69ème degré, au moins.

(1) Traduction littérale.

 

 

© Avril 2002