Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/dangan.php3 on line 10
Dangan Runner

DANGAN RUNNER

Sabu, 1996

avec Tomoro Taguchi, Diamond Yukai, Shinichi Tsutsumi

On avait pu découvrir Sabu sur les écrans français lors de la sortie de son Postman Blues. Film qui m'avait laissé totalement indifférent à l'époque. Dangan Runner est en fait une sorte de brouillon de Postman Blues. Si la poursuite en bicyclette était le thème principal de Postman Blues, Dangan Runner est un road movie….à pied ! Pour le prochain, Sabu s'attaque au scooter ?

Yasuda (Tomoro Taguchi) jeune homme sans ressources et sortant d'une déception amoureuse, décide de braquer une banque. Il achète une arme à un yakusa, Takeda (Shinichi Tsutsumi) qui l'a lui même dérobée à un autre yakusa. Mais en voulant voler un masque dans une échoppe, il s'oppose au vendeur qui n'est autre qu'une ancienne star de rock, Aizawa (Diamond Yukai), ancien drogué et dont le fournisseur était Takeda. Après une altercation, Yasuda fuit avec Aizawa à ses trousses. Dans leur fuite, ils percutent Takeda qui se met à poursuivre Aizawa. Les trois personnages se mettent donc à fuir sans but, l'un après l'autre.

Avant que la poursuite ne commence réellement, le passé de chacun des trois personnage est évoqué par l'intermédiaire de flash-backs, ce qui permet de percevoir les liens indirects qui unissent les trois protagonistes. Ensuite, tandis qu'ils courent, il se mettent à réfléchir à leur vie ou bien commence à être sujet à des hallucinations. Plus intéressant est cette scène où ils croisent une femme et chacun fantasme à sa manière sur cette femme.

Le reste est pour être franc, très ennuyeux. En collant à l'histoire une guerre entre clan dont on a que faire et qui n'est que le prétexte à un gunfight final, Sabu n'arrive pas à imposer un réel rythme à son film. Certes, l'idée de départ est intéressante mais on se lasse très vite de voir des personnages courir. De plus, l'ensemble reste cruellement superficiel, Sabu ne s'intéressant que vaguement aux hallucinations de Yasuda et à son passé, ses motivations.

Bref, je vous conseille plutôt de regarder une épreuve de marathon que ce film. Son seul mérite est sa courte durée.