Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/darkwater.php3 on line 10
Dark Water

DARK WATER

Hideo Nakata, 2001

avec Shigemitsu Ogi, Hitomi Kuroki, Yu Tokui, Fumiyo Kohinata, Asami Minakawa.

Présenté lors du 20ème festival du film fantastique de Bruxelles, Dark Water, le dernier film de Hideo Nakata, réalisateur de Ring et Chaos, nous conte une histoire de fantômes en milieu urbain, plus précisément dans un vieil immeuble HLM.

Divorcée depuis peu, Yoshimi vit avec sa fille, Ikuko, dont le père cherche à avoir la garde exclusive. Mais voilà, Yoshimi est un peu sur les nerfs psychologiquement et ses voisins du dessus ne sont pas du genre à la laisser en paix. Des inondations constantes ont lieu dans cet appartement où des bruits de pas se font incessants. Ce qui est étrange, c'est que personne n'habite cet étage depuis des mois. De plus, Yoshimi découvre un petit sac rouge à la Hello Kitty qui réapparaît toujours par-ci par-là. Les nerfs de Yoshimi commencent alors à lacher...

Hideo Nakata nous livre un film comme il sait les faire. Une belle photographie mettant dans l'ambiance, une bande sonore angoissante... et une mise en scène efficace. Efficace dans le sens où le scénario assez banal et au dénouement prévisible nous accroche tout de même à l'écran jusqu'à la dernière seconde. Il réussit le pari de nous effrayer. Et on n'en demande pas plus.
Il est vrai que cette histoire de fantômes urbains a des airs de X-Files et autres séries telles que Au-delà du Réel, à la différence qu'ici nous n'attendons pas le dénouement de l'histoire, nous vivons l'histoire pour mieux être manipulé. Et nos sens se mettent en éveil à chaque grincement de portes, chaque bruit suspect. Pour finalement vivre l'effroyable.
Il ne faut donc pas s'attendre à un film au scénario original mais à un film à l'intrigue basique qui reste néanmoins efficace et ingénieux. Ce n'est pas un chef-d'oeuvre du cinéma d'épouvante japonais mais Nakata peut se permettre de garder la tête haute face à ses clones japonais et coréens.

4/5

© Tom.D Avril 2002