Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/goyokiba01.php3 on line 10
Hanzo

HANZO THE RAZOR 2 (Goyokiba : Kaminori Hanzo Jigoku Seme / 人体模型の夜)

Yasuzo Masumura, 1973

avec Shintaro Katsu, Keiko Aikawa, Kazuko Ineno, Hosei Komatsu, Toshio Kurosawa, Ko Nishimura, Kei Sato.

Second des trois films que compte la série des Hanzo The Razor, ce film réalisé par Yasuzo Masumura est tout simplement hallucinant. Un des films les plus fous de la série la plus dingue des chambara - une fois de plus basée sur un personnage d'un manga de Kazue Koike (Baby Cart, Lady Snowblood).

Hanzo est un inspecteur de police aux méthodes très particulières. Lorsqu'il enquête sur des meurtres de femmes enceintes, il met à jour un trafic ignoble dirigé par un impitoyable voyou.

Rien que le générique suffit à donner le ton du film. On y voit Hanzo en plein entraînement, c'est-à-dire en plein entraînement de son sexe , de taille fort respectable, qu'il utilise pour faire parler les femmes - qui d'abord réticentes finissent par succomber aux arguments de Hanzo. L'entraînement donc, consiste à tout d'abord verser des seaux d'eau bouillante sur son sexe puis à le poser sur une table spéciale pour le battre comme fer avant de l'utiliser pour pénétrer un sac de riz ! Incroyable mais vrai, la preuve en images !
Si le film n'était que ça, il serait probablement vite oublié. Mais ce film est complètement fou d'un bout à l'autre - voire dégénéré. Ce chambara hallucinant va aussi loin qu'il peut autant dans le domaine du sexe que dans ce qui fait le charme des chambara : combats violents et extrêmement sanglants avec geysers de sang, amputations et empalements à gogo.
Et si le générique n'a fait que vous mettre l'eau à la bouche alors ne manquait pas cette scène de torture puis de viol - une torture également dans ce cas précis, d'une infortunée nonne qui refuse de parler... Hanzo utilise certes des méthodes véritablement détestables mais ses victimes lui en sont finalement reconnaissantes - le comble de la misogynie, et sous ses airs bourrus, Hanzo - qui est interprété par Shintaro Katsu, célèbre pour son interprétation du masseur aveugle Zatoichi, est en fait un homme de principes. Et comment ne pas être séduit par cet espèce de gros bébé découpant des ninjas agressifs et mettant sa vie en danger pour sauver une jeune femme innocente - avec une technique "du tonneau" très surprenante.
N'oublions pas non plus une bande originale (écouter le générique) en accord avec la folie du film et d'un psychédélisme date des plus séduisants.

Bref, si vous voulez voir ce que peut vraiment donner le cinéma japonais dans ses plus grand excès, quand il défonce toute les barrières de la bonne moralité, Hanzo est une série immanquable et particulièrement jouissive. Je ne pense pas que l'on ait fait mieux - ou pire, depuis. Le chambara à son apogée d'autant que la réalisation est signée Yasuzo Masumura, plus connu pour des films nettement plus sérieux tel que La Femme de Seisaku.

© Mars 2002