Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/guineapig2.php3 on line 10
Guinea Pig 2

GUINEA PIG 2 : The Flowers of Flesh and Blood ( Za ginipiggu 2: Chiniku no hana)

Hideshi Hino, 1990

Précédé d'une réputation sulfureuse comme quoi ce film serait un snuff movie - allégation qui est totalement fausse (voir l'article http://www.cinemaxs.co.uk/page13l) tout comme ne l'était pas le premier épisode Guinea Pig, cette séquelle vaut surtout pour la qualité extraordinaire de ses effets spéciaux.

Un homme kidnappe une jeune femme. Cette dernière reprend conscience attachée sur un lit. Cependant, l'homme déguisé en samouraï aiguise un couteau.

Si le premier épisode de la série des Guinea Pig relevait plus de la performance artistique que du film - il n'y avait d'ailleurs qu'une seule scène véritablement horrible, Guinea Pig 2 se pose d'emblée comme un film purement gore et dont le but et la raison d'être sont clairement de provoquer le dégoût.
La victime est découpée membre par membre par un homme qui à chaque étape du processus donne des explications sur la suite des événements. Le scénario est donc totalement inexistant, seul l'éventuel plaisir que l'on peut éprouver à voir une femme se faire découper est pris en compte. Et à ce niveau, le spectateur est copieusement servi. Les découpages sont saisissants de réalisme, filmés en gros plan avec les sons horribles provoqués par l'opération pour bruit de fond. Et si les tranchages au couteau, à la scie ou au marteau et burin ne vous suffisent pas, attendez l'énucléation à la petite cuillère, du grand art !
Le puriste regrettera que la victime soit droguée dès le début, le privant des cris d'horreur de cette dernière face à ce qu'elle subit - même si on lui précise que c'est pour l'Art.

Guinea Pig 2 n'est certainement pas un film à recommander à toute personne. Mais ceux qui sont prêts à se lancer dans l'aventure ne le regretteront pas - même s'ils risquent de regretter d'avoir mangé avant.

© Janvier 2002