Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/helpless.php3 on line 10
Helpless

HELPLESS

Shinji Aoyama, 1995

avec Tadanobu Asano, Ken Mitsuishi, Kaori Tsuji, Hiroko Isayama, Yoichiro Saito,Taro Suwa.

Premier long métrage de Aoyama, Helpless est une évocation de la jeunesse au ton désespéré, qui aborde les thèmes que l'on retrouvera dans l'ensemble de la filmographie du réalisateur : jeunesse, ennui, violence, nature, ....

Lorsque Yasuo sort de prison, il ne veut pas croire à la disparition de son gang de yakusa et à la mort du chef. Confiant sa soeur attardée et un sac au contenu mystérieux a Kenji (Tadanobu Asano), jeune homme ami de Yasuo, il commence une ballade meurtrière à la recherche de son chef. Cependant, Kenji doit retrouver Yasuo pour le dîner.

L'ambition de Helpless est de sonder le malaise d'une partie de la jeunesse japonaise. Le constat en est désespéré (Helpless), comme si rien ne pouvait être fait pour l'empêcher de sombrer dans l'ennui puis dans la violence, par ennui justement.
La violence extrême du comportement de Yasuo peut s'expliquer par la perte de tous repères et son incapacité à s'adapter à un monde qui n'est pas celui régit par les règles du milieu. Son refus d'admettre la mort de son chef relève de la folie, d'un esprit dérangé et de l'autopersuasion. Par contre, Kenji apparaît a priori comme un jeune homme calme, qui a su faire le deuil de son passé de petit voyou. Malheureusement, il est lui aussi incapable de trouver sa place dans la société. L'ennui le poussera à une surprenante violence .
Comme souvent dans ses films suivants (de Chinpira à Desert Moon en passant évidemment par Eurêka), Aoyama situe son histoire dans un décor principalement rural où la mort et la violence des hommes côtoient la paisible apparence de la nature. L'homme est comme une erreur de la nature, un être totalement inadapté au monde qui l'entoure. La soeur de Yasuo, mentalement attardée et comme déconnectée de tout se qui l'entoure semble au contraire la seule à être à même de vivre, d'apprécier sa vie. Certainement car il sont trop conscients de leur propre inutilité - pour employer un mot un peu fort, Yasuo et Kenji ne peuvent s'empêcher de détruire ce qui les entoure, d'éliminer physiquement toute opposition à leur propre point de vue nihiliste.

Helpless est un film au rythme lent traversé par de soudaines irruptions de violence qui évoquent l'univers de Kitano. Certaines scènes en sont même extrêmement proches par les thèmes qu'elles évoquent ou par la façon dont elles sont réalisées voire certains personnages. Néanmoins, Aoyama cherche plus que Kitano à trouver une réponse à ses propres questions. Une démarche de réflexion qu'il mènera à son terme dans Eurêka.

© Décembre 2001