Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/kakashi.php3 on line 10
Kakashi

KAKASHI

Norio Tsuruta, 2001

avec Maho Nonami, Kou Sibasaki, Grace Ip, Shunsuke Matsuoka.

Un énième film d'horreur minimaliste nippon ? C'est en tout cas ce à quoi ressemble le décevant Kakashi....

Kaoru Yoshikawa (Maho Nonami) est une jeune femme de 20 ans qui reçoit un jour une mystérieuse lettre. Son seul indice pour retrouver son frère disparu. Ses recherches la mènent au village de Kozukata. Un village étrange où les habitants vouent un culte aux épouvantails (kakashi). Au fur et à mesure de ses investigations, Kaoru se rend compte que les épouvantails des villageois sont affublés des vêtements d'êtres chers et disparus...

Kakashi de Norio Tsuruta (déjà aux commandes de Ring 0) n'est pas un film d'horreur violent, gore, mais tend plus vers le style épouvante japonais minimaliste à la mode depuis Ring. Par contre dans Kakashi (tiré d'un manga de Junji Ito comme Uzumaki), on joue le minimalisme jusqu'au bout à tel point que finalement nous sommes effrayés deux, voire trois fois (ce qui est déjà pas mal). Ce film a des airs de La nuit des mort vivants de Romero et de la nouvelle La malédiction d'Innsmouth de Lovecraft avec un peu-beaucoup de Simetière de Stephen King. En fait, on y retrouve l'ambiance d'un village aux habitudes et coutumes étranges comme celui d'Innsmouth, un rituel de résurrection comme le cimetière indien de Stephen King. On retrouve même le personnage de l'enfant tueur aussi effrayant que les filles gnomes de Chromosome 3 (The Brood) de David Cronenberg.
Mais au résultat, on est bien loin de ces chefs-d'oeuvre du genre. Alors autant dire que le minimalisme peut-être bien mais pour servir une histoire qui s'y prête. Il faut croire que ce n'était pas le cas ici.
Par contre, on peut retrouver dans ce film quelques actrices très agréables à regarder. Tout d'abord, Kou Sibasaki, la méchante fille de Battle Royale qui joue ici le rôle de Izumi, une fille énigmatique tout de rouge vêtu aux cheveux voilant son visage. Ce qui est bien dommage, en fait. Puis, il y a Grace Ip, toujours aussi mignonne mais qu'on ne voit quasiment pas dans ce film. Elle laisse place en fait à la jeune actrice très talentueuse qu'est Maho Nonami qui arrive à nous faire approuver ses choix dont son dernier (sa course vers la mort) grâce à son enthousiasme désespéré. Et tout ça, simplement avec un sourire de jeune fille essoufflée.

En conclusion, Kakashi est un film d'épouvante qui porte bien son nom - c'est un jeu de mot. Mais qui souffre de cette mode du film "à la Ring", empêchant de nous offrir un bon film de morts vivants d'ambiance dont on n'en perçoit dans ce film que quelques minutes. Entre deux, il est toujours possible de contempler le joli minois de ces charmantes interprètes. Mais bon... ce n'est pas ça qui fait un film. Les concerts de J-pop sont faits pour ça.

2/5

Texte & Illustration © Tom.D Décembre 2001