Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/kazahana.php3 on line 10
Kazahana

KAZA-HANA (Wind Flowers)

Shinji Somai, 2000

avec Kyôko Koizumi, Choei Takahashi, Tadanobu Asano, Kumiko Aso, Akira Emoto, Yoshiko Kayama, Fumiyo Kohinata, Toshinori Omi, Kippei Shiina, Shingo Tsurumi.

Dernier film du réalisateur Shinji Somai avant qu'il ne décède en septembre dernier d'un cancer du poumon, Kaza-hana est une histoire d'amour sous forme road movie.

Un matin, Sawaki se réveille après une nuit trop arrosée dans un parc auprès de Yuriko. Il a promis la veille d'accompagner Yuriko à Hokkaido mais ne se souvient de rien et l'abandonne à sa peine, retrouvant son état normal - c'est-à-dire dégrisé, qui fait de lui un être désagréable voire abject. Désireux de fuir des ennuis professionnels et familiaux, il finit cependant par rejoindre Yuriko à l'aéroport et part pour Hokkaido avec cette dernière.

Kazahana est une belle mais classique histoire d'amour heureusement soutenue par des personnages intéressants et surtout des acteurs excellents. Sans cela, le film est souvent à la frontière de l'ennui. Le rythme lent d'abord mais surtout certains parti pris esthétiques - la scène d'ouverture et une des scènes finales, qui apparaissent très désuets.
Le scénario est très banal - une femme aime un homme, mais son universalité et sa simplicité jouent finalement en sa faveur en plus d'un humour distillé parcimonieusement tout au long du film. C'est principalement le personnage interprété par Tadanobu Asano qui permet de donner un peu plus de légèreté à ce qui aurait pu être une comédie romantique un peu pataude. Sawaki est en effet un être agréable et sympathique lorsqu'il est saoul mais redevient l'opposé une fois dégrisé. Sa métamorphose au contact de Yuriko est le principal intérêt du film au delà de la quête personnelle de Yuriko qui cherche à retrouver sa position de mère auprès de sa fille laissée à sa mère à Hokkaido.
Une bonne dose de fraîcheur est également apportée par Yuriko et son métier d'hôtesse. Sa bonne humeur et son optimisme en font l'opposé de Sawaki, mais c'est aussi pour cela qu'ils semblent aller si bien ensemble et que le film fonctionne selon le vieux principe cinématographique des opposés complémentaires.

Kazahana est donc une très bonne comédie romantique qui ravira ceux qui apprécient ce genre. Les autres risquent de vite sombrer dans l'ennui.

Remarque : la musique est signée Otomo Yoshihide et est disponible chez Cinema Monsoon.

© Février 2002