Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/ragingfire.php3 on line 10
Raging Fire

TRUE STORY OF ANDO NOBORU - RAGING FIRE

Takashi Miike, 2002

avec Riki Takeuchi, Kenichi Endo, Tetsuro Tamba, Sonny Chiba,

Un coup d'œil au titre et c'est toute une partie de l'histoire des films de yakusa qui nous revient en mémoire. Noboru Ando, ancien yakusa lui-même, s'est reconverti dans les années 70 dans le cinéma pour embrasser la carrière d'acteur et principalement interpréter son propre rôle à l'écran dans des films comme Le Cimetière de la Morale (dont Miike a récemment fait un remake) de Kinji Fukasaku en 1975, The Violent Street de Hideo Gosha (1974) ou Noboru Ando's Chronicle of Fugitive Days and Sex de Noboru Tanaka (1974). Il a même réalisé son propre film, Yakuza Cruel Secrets - Arm Dismemberment (1976), dans lequel il se met en scène.


Après le titre, un coup d'œil au réalisateur, Takashi Miike, et il n'y a plus aucun doute sur le film, c'est bel et bien un film de yakusa, genre que Miike affectionne tout particulièrement (Le Nouveau Cimetière de la Morale, Agitator, DOA,…). Et on peut supputer que le film ne sera pas exempt d'humour noir et de violence gratuite.
Si vous n'êtes pas tout à fait convaincu ou voulez vous faire une idée encore plus précise, il suffit alors de faire défiler le générique. Riki Takeushi, star du V-cinéma et célèbre pour ses rôles de yakusa, et une pléthore d'acteurs dont vous ne pouvez pas avoir manquer de voir dans un film de yakusa ou de Miike (Kenichi Endo de Visitor Q) en plus de quelques illustres acteurs japonais : Sonny Chiba et Tetsuro Tamba en personne.
Bref, ce nouveau film de Miike est donc indéniablement un véritable film de yakusa, aucun doute sur le sujet. Le fan du genre peut même deviner le film d'un bout à l'autre, il ne sera pas souvent dans l'erreur, surtout s'il a en tête la filmographie de Miike.

Car Raging Fire n'est finalement que du V-cinéma porté sur grand écran et surtout un vaste melting pot de tout ce que Miike a fait auparavant. Cédant visiblement à la paresse, Miike ne s'est franchement pas foulé pour réaliser ce film. Il semble qu'il se soit contenté de réunir quelques acteurs et de leur dire " jouez aux yakusa ". Ils le font tous très bien et c'est certainement plutôt agréable, mais pour qui a vu des films de Miike, il y a un fort goût de déjà vu. Humour barge et noir (on ne s'en lasse pas, néanmoins), couple de tueurs allumés, torture, violence, délires en tous genres et gunfights voilà pour les ingrédients, pour lesquels le réalisateur a eu la main plutôt lourde. Et autant dire rien de neuf sous le soleil de Miike. L'ensemble est certes très divertissant mais on a l'impression que ce dernier radote, incapable d'apporter la moindre nouveauté ou originalité à son film. Même l'histoire d'amour rappelle celle d'Agitator.
Alors y-a-t-il une seule bonne raison de voir Raging Fire ? Objectivement on serait tenté de dire que non. Pourtant, je ne peux pas cacher le plaisir que j'ai eu à voir ce film. Certes un peu déçu car j'attendais bien mieux d'un Takashi Miike, surtout quand on voit ses dernières réalisations, mais le résultat est là : c'est amusant, volontairement débile, gratuitement violent, magnifiquement interprété et bien réalisé. Bien au-dessus de n'importe quel film de V-cinéma, et bien en deçà de n'importe quel film de Miike (sauf quand il touche au V-cinéma s'entend)… Peut être pas aussi idiot que Full Metal Yakusa mais à peu près aussi agréable. Alors si par indulgence, on admet que Miike s'est parodié lui-même, en même temps que le cinéma qu'il aime, il reste un film qui donnera du fil à retordre aux biographes (pourquoi un film aussi mauvais après tant de chefs d'œuvre ?) et amusera bien des spectateurs.
Miike dit vouloir privilégier son propre plaisir lorsqu'il réalise un film. Gageons qu'il s'est bien amusé, et finalement nous avec.

http://www.toei-video.co.jp/data/rekka/index.html

© octobre 2002