Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/raoringfire.php3 on line 10
Le feu de la Vengeance

LE FEU DE LA VENGEANCE (Roaring Fire)

Norifumi Suzuki, 1982

avec Sonny chiba, Hiroyuki Sanada, Etsuko Shiomi, Mikio Narita.

Résumé de la jaquette (je ne pourrais pas faire mieux) : Au moment où son frère jumeau trouve une mort brutale dans les rues d'un ville chinoise, le jeune Joji (Hiroyuki Sanada) quitte les USA et son père adoptif pour retrouver les traces de sa famille en Asie. Il découvre ainsi que sa soeur (Etsuko Shiomi), atteinte de cécité mais redoutable experte en arts martiaux, vit sous la protection d'un personnage maléfique, admirateur du Troisième Reich et leader du marché de la drogue au Japon. Refusant de collaborer, joji doit affronter les tueurs délégués par l'Organisation en une escalade dans la violence qui voit la mort brutale de sa soeur. Prêt à tout pour la venger, Joji va démanteler le gang au prix d'affrontements haineux, destructeurs, explosifs...

Je crois qu'avec ça, tout est dit ! A noter que la mort brutale de la soeur aveugle ne se produit qu'après plus d'une heure de film ce qui réduit considérablement l'effet de surprise. Notons également la présence de Sonny Chiba en magicien-policier d'Interpol !

Ce film à tout d'un pur film d'exploitation de Hong Kong des années 80. Et pourtant, il est entièrement japonais même si une grande partie du film se passe à Hong Kong (la mystérieuse ville chinoise du résumé...). On a donc le droit à des bastons de kung-fu à la pelle, quelques gunfights sympathiques et des moments de comédie totalement débiles.

Le seul indice prouvant qu'on a à faire à un film japonais est dans le personnage admirateur de Hitler (étendard nazi au mur, croix gammées, portrait d'Hitler, peignoir SS...). D'un mauvais goût certain comme dans cette scène où une japonaise affublée d'une casquette SS et d'un fouet souhaite une bonne noce façon "Auschwitz" à notre héros et à une amie avant d'envoyer du gaz par des pommeaux de douche, le film ne recule devant rien sans jamais oser vraiment. Laissons à Hong Kong le soin de faire des films de Hong Kong et les vaches seront bien gardées.

Film réalisé par Norifumi Suzuki que l'on avait connu nettement plus inspiré avec son déjanté Le Couvent de la Bête Sacrée, chroniqué sur ce site, Le Feu de la Vengeance n'est qu'un pitoyable navet.. A éviter absolument en dépit même de la présence de Sonny Chiba.