Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/womanwork.php3 on line 10

A WOMAN'S WORK

Kentaro Otani, 2001

avec Asaka Seto, Shinya Tsukamoto, Mikako Ichikawa, Jun Murakami.

A Woman's Work, en compétition à Deauville, est une comédie japonaise suivant les aventures d'un couple de japonais, Asami (Asako Seto) joueuse professionnelle de shogi, équivalent japonais du jeu d'échec et Kazuya (Shinya Tsukamoto), salaryman stressé. On suit également les aventures de la soeur de Asami, Rina, elle aussi joueuse professionnelle de shogi. Asami est au plus bas alors que Rina monte de plus en plus. De plus, Asami rejette toutes les fautes sur son mari, qui lui, essaie de faire tout son possible pour sauver son couple. Quant à Rina, elle a rencontré un jeune musicien, Hiroki, qu'elle trouve ne pas être à la hauteur de son beau-frère.

Le film de Kentaro Otani est une comédie sur fond de shogi. Mais voilà, le shogi, nous, pauvres occidentaux, on n'y comprend rien. Et voir les deux soeurs s'affronter durant des heures devant un plateau de jeu, ça fatigue. C'est un peu comme si les japonais regardaient une comédie romantique française sur fond de scrabble. Pas trop d'intérêt, ou disons plutôt, un film très délicat à l'exportation. Et c'est le cas de ce A Woman's Work, qui souffre que le shogi soit un jeu méconnu.
Cependant même en faisant abstraction de ce point, on se retrouve devant une comédie classique suivant les déboires amoureux quotidiens de deux couples modernes. Les acteurs sont cependant remarquables, les actrices belles et convaincantes, quant à Shinya Tsukamoto, surprenant de sobriété, il représente bien le style poli et renfermé du japonais moyen. De plus, Ren Osugi nous fait le plaisir d'un petit rôle en tant que présentateur télé de l'équivalent des Chiffres et des Lettres spécial shogi. Mais voilà, suivre pendant deux heures les aventures de ces deux couples ne stimule pas plus l'intérêt qu'une sitcom sans personnages secondaires. Et c'est là que le bât blesse, les personnages secondaires sont quasi inexistants, alors que ceux-ci auraient pu ramener une touche d'humour dans cette comédie qui parvient rarement à nous faire sourire.

A Woman's Work est un film qui ne fait pas mouche, d'abord dû au problème de ce jeu méconnu en France et aussi par le fait que l'histoire reste très, trop, banale et ne fait pas rire comme elle est censée le faire. Dommage surtout vu la qualité des acteurs. Finalement, le film a plus un problème lié à l'écriture et à son sujet, c'est-à-dire des éléments des plus importants.

2/5

© Tom.D Mars 2002