Navigation Cho-Yaba

 

Cinema
Chroniques

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/cinema.php3:4) in /mnt/116/sdb/a/4/zeni/acz/chroniques/films/zero woman 2.php3 on line 10
Zero Woman II

ZERO WOMAN II

Daisuke Gotoh, 1995

avec Natsuki Ozawa, Seitaro Fujii, Saori Iwama, Shigeki Kato, Hiromitsu Kiho, Kane Kosugi, Mitsuhiro Matsumoto, Tomomi Miyauchi, Minoru Toyoshima, Hiroyuki Watari, Yukio Yamato, Yoshitaka Yanagita.

Pas tout à fait deçu par le premier épisode de cette série, je me suis décidé à entreprendre la vision des cinq films qui constituent la série des Zero Woman. Cette seconde séquelle, tournée à la DV au lieu du 16mm du premier épisode, parvient à être encore plus mal réalisé que son prédécesseur. Un exploit qui a quelquechose de remarquable.

L'agent Rei, du maintenant célèbre département 0, infiltre un groupe de truands afin de retrouver l'argent dérobé par ces derniers à un gang de yakusas. Traquée par les deux gangs, elle doit également faire face à la loyauté défaillante de son partenaire.

Toujours la même formule pour cette séquelle qui va encore une fois loucher vers Nikita de Besson. On ne change que l'actrice principale en choisissant une autre star idoru du moment. C'est donc Natsuki Ozawa qui remplace Naoko Iijima. Si cette dernière n'était pas spécialement douée avec un flingue dans les mains, Natsuki Ozawa est quant à elle totalement ridicule.
Les premières minutes semblent pourtant tenir toutes leurs promesses en matière de sexe et de violence. Natsuki n'hésite pas à dévoiler sa poitrine, certainement son seul et unique talent, et la scène d'ouverture dans un parking souterrain avec son bras tranché est réalisée avec soin. Suit peu après une scène de torture où l'agent Rei empalle le sexe d'un aggresseur à l'aide d'un crochet de boucher pour le faire parler...
Malheureusement, ce sera tout pour Zero Woman 2. La suite est quasiment inregardable, avec une absence totale de scènes érotiques, et des gunfights et combats mal foutus. Le tournage à la DV renforçant cruellement l'aspect fauché et amateur du film. Les plus courageux auront tout de même droit à un final un peu plus excitant, mais pas de quoi fouetter un chat.
On comprend aisément le succès de cette séquelle aux Etats-Unis. Zero Woman 2 est un produit représentatif des centaines, voire des milliers, de téléfilms ou de films "straight to video" minables qui abreuvent les télévisions américaines. Le petit plus de Zero Woman 2 ne se trouve que dans son charme exotique....

 

© Décembre 2001