4

C'est exactement ce genre de films qui me font douter de la santé mentale de certains réalisateurs de HK mais également de la mienne car il faut bien avouer que Naked Killer représente typiquement un film de Catégorie III tels que je les aime!

Des filles dénudées, de l'action, du sang, des vannes salaces et un scénario anecdotique, voilà de quoi passer une excellente soirée! A propos du scénario justement (signé Wong Jing). Kitty (Chingmy Yau) une jeune fille dont le hobby est de massacrer des hommes (en s'acharnant sur les parties sensibles) tombe sous la coupe de Sister Cindy (Kelly Yiu), une tueuse professionnelle qui elle aussi partage la haine de Kitty envers les hommes. Elle en devient l'élève. Le policier Tian (Simon Yam) et son partenaire (Hiu Siu) tentent d'élucider les meurtres horribles commis soit par Kitty soit par Sister Cindy et Tian finit par tomber amoureux de Kitty ce qui deviendra réciproque. Malheureusement, une ancienne élève de Sister Cindy appelée Princesse et sa propre élève Baby, toutes deux lesbiennes et accessoirement tueuses professionnelles, ont reçu pour mission d'assassiner Sister Cindy. Voilà pour l'histoire!

Au niveau de la forme, on ne peut pas reprocher grand chose à Clarence Ford qui filme honnêtement ce superbe navet aidé par du beau monde. Toute occasion (même les plus incongrues comme par exemple un toit de voiture sous la pluie) est bonne pour dévoiler les corps dénudés des magnifiques actrices (les scènes lesbiennes notamment). Le reste du temps, nos héroines le passent à trucider des hommes de manière particulièrement violente (la castration est inévitable). Ainsi, pour former son élève, Sister Cindy l'enferme avec un violeur (capturer peu avant) qui possède les clefs pour sortir! Je vous passe les détails sur la manière dont Kitty s'arrange pour récupérer les clefs. A notera la ressemblance parfois troublante des costumes et des combats avec Heroic Trio (datant tous deux d'à peu prés la même époque). En effet, lorsque les tueuses s'affrontent on a vraiment l'impression d'avoir affaire à des super-héroines (armes spéciales, costumes latex noir....). Evidemment l'humour (ça dépend pour qui!) n'est pas absent avec notamment la scène où le partenaire de Tian dévore une saucisse alors que tout le monde autour de lui s'affaire pour retrouver le pénis disparu d'une victime. Enfin, notre pauvre Tian, qui est émotionnellement sensible du fait qu'il a tué son frère par accident, a la caractéristique de vomir lorsqu'il tient une arme (c'est gênant pour un policier confronté à des tueuses déchainées). Caractéristique que Simon Yam possèdait déjà plus ou moins dans son rôle de policier dans A day without policeman où il avait la phobie des AK47 (!). De plus le père de Kitty est tué accidentellement (encore!) par l'amant de sa belle mère (ça c'est pour les éléments dramatiques du scénario).

En résumé Naked Killer est un excellent divertissement pour mâle cultivant un certain masochisme mais bon, puisqu'on y voit des filles à poils, ça compense.

J'en redemande!