(Clarence Ford, 1993)

avec

  Carrie Ng Ka Lai ... Judy Yu
  James Pax ... Billy Chan
  Rachel Lee Lai Chun ... Annie Cheung
  Jacqueline Law Wai Guen ... Lisa
  Melvin Wong Gam San ... Procureur K S "Mel" Wong
  Dennis Chan Kwok-San    
  Kenneth Tsang Kong    
  Money Lo Man Yee    

Affiche

 

3

Avant de réaliser le désormais culte Naked Killer, Clarence Ford avait adapté un fait divers réel, qui d'ailleurs avait déjà était adapté la même année avec Legal Innocence. Difficile d'ailleurs de faire la différence entre les deux films ! Tous deux sont quasiment les seuls représentants d'un genre très particulier : le film de parloir.

Le principe est assez simple : le corps d'une femme (Lisa, Jacqueline Law) est retrouvé quasiment totalement dissout dans une caisse. Un couple (Judy, Carrie Ng que l'on retrouvera dans Naked Killer justement, et Billy, James Pax) est arrêté et condamné à la prison à vie pour meurtre. En prison, l'homme fait connaissance d'une volontaire catholique (Annie, Rachel Lee) pour parler aux détenus et ils finissent par se marier. L'homme semble avoir changé et la révision du procès est annoncé. Mais son ancienne complice n'entend pas se faire larguer aussi facilement.

Le film est donc une alternance de scènes de parloir (forcément, on vient de vous dire que c'est un film de parloir), d'audiences au tribunal et de flashbacks qui éclaircissent sur les circonstances exactes du meurtre. Cette alternance est d'ailleurs assez judicieuse dans la mesure où elle fait bien ressortir la différence entre le Billy d'avant et le Billy nouveau (ou le Billy menteur ?). En effet, durant les flashbacks, les protagonistes passent leur temps à se droguer tandis qu'on voit ensuite un Billy lisant la bible. Mise en condition et lente descente vers la fin annoncée : le meurtre.

C'est nettement moins lassant que Legal Innocence puisque ici on le droit qu'une seule fois à la scène du meurtre lui-même. Et quelle scène ! Si vous vous ennuyez durant le film, je vous conjure de résister jusqu'au quart d'heure final qui fait mériter haut la main la classification en Catégorie III au film. Clarence Ford parvient à retranscrire parfaitement l'état d'esprit des meurtriers en nous montrant une scène totalement baroque mêlant gore et hystérie générale. A voir !

Le dénouement surprenant, un traitement sobre et malsain tout au long du film (pas d'éléments de comédie ou de voisin policier comme celui joué par Anthony Wong dans Legal Innocence) et qui explose littéralement à la fin, tout cela rend Remains of A Woman bien supérieur à sa réplique (ou inversement).

Il montre également les limites de ce genre bien que les deux premiers films de la série des Raped by an Angel reprendront les longues scènes d'audiences au tribunal.

© Novembre 2000