*0.5

2

 

A l'instant même où un film remporte un succès commercial quelque part dans le monde, vous pouvez être certain qu'il y a, au même moment, un scénariste de Hong Kong qui planche sur un remake à la sauce cantonaise. Spider Woman est, en fait, un remake de Basic Instinct. Du moins, il s'en inspire fortement. Il a suffit de remplacer Sharon Stone par Jade Leung et Michael Douglas par Micheal Wong pour obtenir cette version guère supérieure à l'originale, c'est dire.

Erwin (Michael Wong) est un policier chargé d'une enquête sur une série de meurtres. Les victimes, des hommes, ont été tuées au moment de l'orgasme à l'aide d'un pic. Soupçonnant Kenny (Jade Leung, The Peeping Tom), responsable d'une galerie de peinture, Erwin s'y fait engagé comme vendeur. Peu à peu, il tombe sous le charme de Kenny et découvre que cette dernière a une soeur (Ken, Jade Leung) qui lui ressemble de manière stupéfiante.

A vrai dire, pas grand chose de très passionnant dans ce film. A part le plaisir de découvrir Michael Wong avec des cheveux longs et un béret (visiblement, Michael Wong aime à apparaître ridicule, souvenez-vous de Mad Stylist !). Mais une fois la surprise passée, c'est vite l'ennui qui vous gagne.
Jade Leung est très convaincante dans un double rôle mais le scénario reste trop téléphoné et caricatural pour vraiment transformer son rôle en une performance intéressante et lui offrir une véritable profondeur. Mise à part une scène finale avec des miroirs, la mise en scène est désespérément plate. De plus, les arguments psychologiques ou psychiatriques sont plutôt légers.
Heureusement que quelques passages (les seuls qui soient typiquement chinois) et notamment un personnage étrange de médecin légiste psychopathe (qui finit attaché comme Hannibal dans Le Silence des Agneaux), viennent apporter un peu de rythme et d'humour. Dommage que ses apparitions arrivent comme un cheveux sur la soupe et se fassent trop rares. Autre parodie, la scène de l'interrogatoire de Ken qui est bien sûr une référence claire à la célèbre scéne de Basic Instinct. Mais on est loin d'atteindre l'humour crétin des Nuls dans La Cité de la Peur.

Pour la petite histoire, c'est ce légiste qui donne le titre au film en comparant le meurtrier à une araignée femelle qui dévore son compagnon après leur relation sexuelle (à l'image de la mante religieuse).
On se demande tout de même comment Spider Woman a-t-il pu être classifié Catégorie III...

© Avril 2001